Tag Archives: tns sofres

2011 sera vraiment l’année du e-Noël.

23 Déc

Noël, c’est la tradition, les bons biscuits alsaciens, le pain d’épices, la dinde aux marrons, le foie gras … mais aussi et surtout, les cadeaux de Noël ! Et cette année plus que jamais, ils auront été achetés sur Internet. A grand renforts de publicité et de promotion, les pure players comme les sites des grands magasins espèrent faire le plein de traffic sur leurs boutiques en ligne. En effet en 2011, selon une enquête menée par la Fevad, 64% des internautes ont l’intention de faire leurs courses de Noël sur Internet qui devient une place de marché incontournable.

Plus de praticité et moins de bain de foule
Les motivations des consommateurs sont nombreuses. Non seulement cela permet d’éviter les bains de foule mais l’internaute peut acheter ce qu’il veut, quand il veut en étant quasiment sûr de trouver son cadeau. Par ailleurs, cela implique un gain de temps et d’argent : pas de déplacements, ni de coût lié à l’essence, au parking … Enfin, en plus d’un choix important, le consommateur a accès à des services et se fait livrer chez lui. En bref, ils sont motivés par la commodité, le choix et la facilité. Sont importants également les prix plus bas et la qualité du service après-vente, ce qui représente un enjeu de taille pour les sites marchands, notamment en périodes de Noël.

Certaines catégories plus consommées en ligne que d’autres
Acheter un cadeau sur Internet est délicat pour certains produits comme les vêtements : taille peu adaptée, texture non palpable. Par contre, d’autres catégories sont fortement représentées dans les produits les achetés sur Internet. Ainsi, les livres, les jouets, le DVD, les produits high-tech et les vêtements/accessoires représentent les familles de biens de consommations les plus vendus sur Internet pour Noël. D’ailleurs, d’après TNS Sofres, la vente de jouets en ligne a augmenté de 80% en 2011, notamment via des promotions tout au long du mois sur de nombreux sites comme Amazon, CDiscount ou PriceMinister.

Des moyens publi-promotionnels puissants et des services sans cesse réétudiés
Les attentes des consommateurs envers les boutiques en ligne sont très pointues. Le consommateur a besoin de réassurance quand il s’agit de dématérialiser son achat et son paiement. Ainsi, les sites doivent redoubler d’efforts et voici leurs facteurs clés de succès : 
– faire de la publicité online pour orienter les internautes
– activer le levier promotionnel dès le début du mois
– relayer les informations via le mobile marketing
– proposer des services gratuites (livraison gratuite dès 50€ d’achats)
– installer une relation-client via les réseaux sociaux, les avis du site

Prochaine étape : le m-Noël en 2012 ? Cette année, seulement 5% des consommateurs envisagent de faire leurs achats de Noël via les smartphones.

Publicités

Le M-commerce, l’avenir très proche du commerce électronique

15 Fév

Le m-commerce, une nouvelle tendance de consommation

Pour les moins avertis, le m-commerce, c’est une extension du e-commerce qui consiste en la réalisation de transactions via un téléphone mobile qui est bien souvent un smartphone. Mis en exergue avec le développement des systèmes d’exploitations dédiés aux smartphones et l’avènement des application, le m-commerce en est à ses prémices et promet un avenir radieux pour bon nombre d’entreprises.

Après le e-commerce – version électronique du commerce arrivée avec l’explosion d’Internet -, le m-commerce est la nouvelle tendance qui est de plus en plus constatée. Entreprises classiques ou pure players, de nombreux acteurs s’intéressent à ce phénomène et envisagent de proposer rapidement une offre pour smartphones. Au delà de l’image d’entreprise dynamique que cela pourra leur apporter, le m-commerce sera surtout un nouveau canal de distribution complémentaire aux autres. En effet, grâce à des applications sur les smartphones, les entreprises seront présentes dans le quotidien du consommateur et disponibles à tout moment. Celui-ci pourra alors consommer tout au long de la journée car il aura toujours un terminal à disposition pour cela (smartphone, tablette tactile).

Avantages du m-commerce

Le m-commerce a un coût lié au développement de l’application, à l’approbation par le propriétaire du système d’exploitation, à sa gestion et à sa mise en ligne. Cependant, cela présente de nombreux avantages pour l’entreprise qui a un retour sur investissement plus que positif : possibilité de personnalisation du canal de distribution, nouvelle donne pour la fidélisation (suppression des cartes de fidélisation et des vouchers), possibilité de comparaison des produits grâce au scannage des gencods, possibilité d’achat à distance et utilisation de la réalité augmentée en tant qu’outil d’aide à la prise de décision.

Marketing géolocalisé

L’avantage qui me semble le plus significatif est sans hésiter la notion de marketing géolocalisé. Avec Foursquare, Facebook Places ou encore Plyce, il est possible de se géolocaliser à tout moment et d’indiquer qu’on a utilisé telle ou telle carte de fidélité à tel endroit. Les entreprises voient en ces pratiques la possibilité de faire des campagnes de marketing géolocalisé d’un tout nouveau genre. Le principe est le suivant : dès qu’un client approche d’un point de vente déjà visité et où il a déjà consommé, il reçoit via son téléphone mobile une actualité ou un bon de réduction. Ce système permet à l’entreprise d’inciter son propre client à la consommation et d’en recruter de nouveaux si celui-ci partage encore une fois son activité sur les réseaux sociaux.

Etat d’avancement du marché du m-commerce

Pour que le m-commerce prenne son envol tout comme le e-commerce en son temps, la condition sine qua none est la possession d’un téléphone avec accès au web mobile. A titre indicatif, Ebay estime qu’en 2014, 40% de ses ventes se feront via un téléphone mobile.  D’après TNS Sofres, en 2008, seulement 3% des utilisateurs de téléphone mobile avec accès au web mobile envisageait un achat via leur terminal. Depuis, on remarque que ces chiffres ont peu évolué. Le marché du m-commerce en est à ses balbutiements du point de vue du consommateur qui ne soupsonne pas toujours cette nouvelle avancée. A l’inverse de la France, la tendance évolue très vite en Chine où elle représente le plus fort taux de progression. Une étude récente de KPMG montre que 44% des personnes de l’échantillon utilisent le téléphone mobile pour faire des achats. C’est encore plus flagrant en Inde où 44% des personnes font des achats sur Internet et 43% pratiquent le m-banking. De manière plus global, les asiatiques sont plus ouverts quant au fait de payer des contenus digitaux, de modifier leurs moyens de paiement et de pratiquer le m-commerce. Seront-ils pour la première fois en avance sur les européens et américains quant aux tendances comportementales de consommation ?

En bref, le m-commerce est une activité encore très modeste en France mais qui est très prometteuse, ce que les entreprises ont d’ores et déjà bien compris.

%d blogueurs aiment cette page :